• Français
  • English

2. Pratiques et cultures politiques

2. Pratiques et cultures politiques

Le thème 2 s’attache à la notion de culture politique dans une approche fine et différenciée. Nous nous intéressons d’une part aux dimensions intellectuelles et idéologiques des cultures politiques en Europe, qui peuvent être nationales mais aussi propres à des modèles et à des familles politiques. Nous étudions d’autre part diverses pratiques en concentrant l’attention sur deux pôles d’exercice du politique : les questions de citoyenneté et la paix.

Les travaux s’organisent dans quatre groupes thématiques :

2.1 Idées politiques, histoire des systèmes de savoir : circulation et transferts

Dans la suite des recherches sur l’internationalisation des droites radicales européennes et américaines au XXe siècle, on appliquera l’étude des circulations, réseaux et transferts à différentes échelles, figures individuelles, mouvements et régimes politiques. Sur ce dernier point seront privilégiées les thématiques du corporatisme, de la planification et de la technocratie. L’ensemble débouchera sur une réflexion générale sur les modèles politico-institutionnels et leur mise en regard à l’échelle nationale, européenne ou transatlantique. Pour l’histoire intellectuelle des paradigmes scientifiques et des stratégies discursives en Europe au XXe siècle, on se penchera sur l’influence souterraine de l’anthropologie philosophique dans la restructuration des systèmes de savoir, notamment dans la Théorie critique après 1945. Par ailleurs, la modernisation allemande (1871-1914) et les projets de modernité alternative en Allemagne appellent une étude pluridisciplinaire des réactions critiques et des propositions de retour à la nature, avec des prolongements dans les années 1960.

2.2 Cultures, identités et imaginaires politiques

La figuration des identités de soi et des autres sera abordée, pour un premier volet, par le biais des revues illustrées populaires, avec le dépôt d’un projet ANR sur la médiatisation de l’information et la formation des opinions publiques à l’exemple de la France et de l’Allemagne (1890-1945). Outre l’analyse des imaginaires politiques par les discours sur l’ennemi, la réflexion porte aussi sur l’illustration de presse comme source en sciences humaines et sociales de 1890 à nos jours. Le second volet de ce thème est consacré à l’étude des émotions dans les relations internationales avec un accent particulier sur la période de la Guerre froide. On s’interroge tant sur le rôle des émotions dans la stabilité des représentations de l’identité en situation de menace que sur la question d’une globalisation des « régimes émotionnels » à l’échelle européenne. Enfin, des travaux spécifiques seront menés sur le « complotisme » et ses variantes contemporaines.

2.3 Pratiques politiques et citoyenneté, du national au supranational

Un retour sur la critique de la démocratie dans différents pays européens dans l’entre-deux-guerres, dans une perspective comparative, croisant histoire intellectuelle et analyse des discours, posera la question de la définition de pratiques démocratiques dans un moment de possible dérive populiste, autoritaire ou fasciste. Courant jusqu’au temps présent, la réflexion sur les formes de représentation civiles et politiques poursuivra celle qui a été initiée dans le projet sur l’espace public européen, en particulier en faisant dialoguer les notions de « reconnaissance » (Honneth) et de « responsabilité », au sens de l’existence dans la vie civile d’attitudes, de comportements et de procédures considérées comme les conditions d’une communication non détériorée (Habermas). L’étude de pratiques limites comme la recommandation, ainsi que la corruption et la montée en puissance de la transparence qui fait l’objet d’une ANR/DFG, Histrans, permettra de ramener les acteurs politiques au centre du jeu. 

2.4 Pratiques et culture de paix

Si l’expérience de la violence de masse vécue par l’Europe au cours du XXe siècle a été au cœur de nombreux travaux historiques menés dans les dernières décennies, on ne peut négliger pour autant la place occupée par les pratiques et imaginaires de paix dans l’histoire de l’Europe contemporaine. Loin de n’être que « l’absence de guerre », la paix est à la fois un projet et une construction auxquels les Européens ont fortement contribué, des espoirs de la « paix par le droit » au développement d’institutions multilatérales. Dépassant une histoire des mouvements pacifistes, notre approche privilégiera la variété des pratiques de paix mises en œuvre par les sociétés européennes (arbitrage, désarmement, coopération, réconciliation, etc.) et questionnera l’existence d’une « culture de paix » européenne.

2.1 Idées politiques, histoire des systèmes de savoir : circulation et transferts

2.2 Cultures, identités et imaginaires politiques

2.3 Pratiques politiques et citoyenneté, du national au supranational

2.4 Pratiques et culture de paix