• Français
  • English

Journée d’étude doctorale SIRICE 2021 - Transfert et transmission du XIXème à nos jours : approches politique, culturelle et matérielle

Type d'appel: 

Transfert et transmission, les deux termes renvoient au passage d’une personne, d’une organisation, d’un bien matériel ou immatériel entre un émetteur (source) et un récepteur (cible). Ils se réalisent de manière licite ou illicite. Ils sont individuels ou collectifs et se développent à différentes échelles, du local au mondial. Ils constituent de véritables défis contemporains.

Depuis la fin du XIXe siècle, ces transferts et transmissions se sont accélérés dans un contexte de multiplication des contacts, avec le développement des transports, des migrations et des guerres. Cela résulte aussi d’une combinaison entre développement des techniques de transmission (parfois dématérialisées) et transmission des techniques et des inventions.

Les nouveaux canaux dématérialisés ont, eux aussi, multiplié cette circulation. La mondialisation a renforcé cette tendance dans tous les domaines, du plus immatériel comme la finance, le home service, au plus vital comme l’alimentation ou la médecine. 

L’objectif de cette journée d’étude est de comprendre les dynamiques et les caractéristiques communes ou spécifiques de la transmission et du transfert par les approches politique et culturelle.

Nous voudrions réfléchir ensemble sur les sources, le langage utilisé et les mots d’usage à chaque époque. Nous nous interrogerons sur les agents de circulation, la circulation des matières et des objets (dans les canaux licites et illicites) et leur cartographie à différentes échelles. Lors de la réception de ces objets de passage, constate-t-on une adaptation ou une adoption, une transformation ou simplement l’appropriation par le récepteur de l’objet transmis initialement ? La question du contre-transfert doit être prise en compte, puisqu’elle concerne l’ensemble des réactions éprouvées par l’émetteur pendant et après le transfert, en particulier lors de circulations multidirectionnelles. En outre, nous souhaiterions identifier l’importance de la transmission mémorielle (entre les générations et au sein d’une même génération). Nous cherchons, enfin, à définir les termes de transfert et de transmission au regard de leurs spécificités, et en les déclinant sur les champs politique, culturel et technique.

La transmission/le transfert du pouvoir politique :

Selon Rodica Plugaru « le transfert dans la politique est le processus par lequel les connaissances sur les politiques publiques, les arrangements administratifs, les institutions et les idées d’un système politique (présent ou passé) sont utilisés pour le développement de politiques, arrangements administratifs, institutions et idées d’un autre système politique » (Rodica Plugaru, Le pouvoir des acteurs internationaux au sein des transferts, Politique européenne, 2014/4 (46), pp.60-85). La transmission/le transfert politique peut résulter d’efforts délibérés des acteurs politiques ou d’interactions spontanées. Parfois les initiatives intentionnelles peuvent produire des conséquences inattendues, indépendantes de la volonté et de la conscience des participants à ce processus. Quels sont alors les objectifs et les mécanismes de la transmission ou du transfert politique ? Comment se passe la transmission/le transfert entre des États et des institutions supranationales ou entre les acteurs privés ? L’un de nos objectifs est de rechercher l’influence du processus de la transmission ou du transfert sur la géopolitique actuelle et sur la situation à l’intérieur des États.

La transmission/les transferts culturels

Selon Béatrice Joyeux, « une culture est le lieu et le produit de flux. Il devient alors nécessaire de tout penser en termes de relations, comme le résultat de rayonnements et de miroitements, réflexions et réfractions de faisceaux d’idées » (Béatrice Joyeux-Prunel, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses, vol. 6, no. 1, 2003, pp. 149-162). Nous nous intéressons au rôle majeur que joue la transmission dans la culture ainsi qu’aux conditions dans lesquelles s’opèrent ces transferts. En tant que construction humaine et sociale, une culture n’est pas seulement un héritage transmis par les générations dans une zone géographique limitée, mais le fruit d’évolutions permanentes dues aux métissages, aux influences, aux appropriations ou au contraire aux résistances. Pour Nadia Belkaid, « la problématique de la transmission culturelle interroge l’articulation entre le changement et la continuité » (Nadia Belkaid, La transmission culturelle. Le regard de la psychologie interculturelle, Empan, 2003/3 (n°51), pp.124-128). A ce titre, la transmission culturelle contribue largement au développement des sociétés, elle leur permet d’explorer de nouvelles pistes. Ces dernières peuvent alors engendrer une adhésion temporaire ou durable des individus. Il faut réfléchir sur ces temps spécifiques que sont les périodes de guerre, de paix, de croissance ou de crise, comme ralentisseurs ou accélérateurs, mais aussi au rôle du progrès technique dans ce domaine.
 
Cette journée d’étude des doctorant.e.s de l’UMR SIRICE a pour ambition d’offrir en particulier aux jeunes historien.ne.s en cours de thèse l’occasion d’interroger leurs pratiques de l’histoire ou de la géographie et de clarifier ce que l’étude de la transmission/du transfert permet de mieux comprendre de l’histoire contemporaine. Dans quelle mesure la transmission/le transfert permet de créer des connaissances, des objets voire des sociétés ?
 
Comité scientifique : 
Corine Defrance, Olivier Forcade, Gilles Fumey, Léonard Laborie
 
Comité d’organisation : 
Pascal Schneider, Eduard Tokarskiy, Anne-Laure Vincent
 
Modalités de soumission : 
Les doctorant.e.s souhaitant participer sont invité.e.s à envoyer une proposition de communication n’excédant pas 500 mots avant le 20 septembre 2021 à jesirice.2021@gmail.com.

Date de la journée doctorale :
le 22 octobre 2021

Date : 
Lundi 20 septembre 2021
Image défaut: