• Français
  • English

3. Civilisation matérielle en transitions

3. L’Europe comme civilisation matérielle en transitions : flux, consommations, crises et résilience

Ce thème propose de saisir l’Europe contemporaine comme une civilisation matérielle, caractérisée par des flux (de ressources, de biens, de personnes), des modes de consommation et des crises. Dans la lignée des travaux entrepris au sein du Centre de recherche en histoire de l’innovation, il interroge plus spécifiquement, mais non exclusivement, l’innovation technique, ses acteurs (entreprises, ingénieurs, chercheurs, consommateurs, régulateurs), et les mutations complexes qu’elle porte. Il s’agit par là aussi d’interroger un concept – la transition – devenu omniprésent dans le débat sur l’avenir de sociétés européennes en quête de durabilité. 

 

Le thème sera structuré en trois sous-thèmes :

 

3.1 Flux : les dynamiques des infrastructures européennes

Les infrastructures de transport, d’énergie et de communication traversent les frontières : selon quelles chronologies, moyennant quels débats et accords, et en dessinant quels espaces ? Par rapport aux travaux antérieurs, nous examinons de nouvelles périodes (en particulier la Seconde Guerre mondiale, en lien avec le thème « Guerres ») et de nouveaux objets (les réseaux de transport d’hydrocarbures et les autoroutes notamment), pour compléter ou nuancer le tableau de l’intégration cachée d’un continent européen mondialisé. 

3.2 Consommations : l’Europe comme zone de confort

La notion de confort est inventée ou réinventée en Europe au XIXe siècle autour d’une forte composante matérielle. Mais, même au sein des pays dits pourvus, les inégalités, les blocages, le développement de différentes formes de précarité (logement, alimentation, énergie), les contre-pouvoirs (rôle des associations de consommateurs), les rejets (oppositions diverses à la société de consommation) montrent que la consommation n’est pas un chemin unique ou univoque. À travers ce prisme, apparaît-il que la civilisation matérielle construite par l’Europe a maintenu son originalité ou qu'elle s’est peu à peu confondue avec l’American way of life ? A-t-il existé ou existe-t-il encore un modèle de consommation européen ? Quel rôle y jouent les consommateurs ? Les travaux portent d'abord sur l’énergie et l’automobile, et tâchent d'aborder les différentes « fractures » induites par la consommation de masse.

3.3 Crises et résilience

Les notions de crise et de résilience permettent de renouveler l'approche de l'histoire de l'Europe comme civilisation matérielle. Que la matérialité relève des causes ou des conséquences de la crise, elle représente une dimension essentielle dans le vécu et dans la pensée de la sortie de ce temps singulier. La crise est par ailleurs devenue à l’époque contemporaine une forme de présentation de la réalité, certains disent une forme de gouvernement, qui par son énoncé même, tend à imposer des changements présentés comme autant de « solutions » pour l’avenir. Là encore, la dimension matérielle est importante et mérite attention.

3.1 Flux : les dynamiques des infrastructures européennes

3.2 Consommations : l’Europe comme zone de confort

3.3 Crises et résilience