• Français
  • English
Accueil > L Umr Sirice > Présentation

Présentation

 

Cette Unité mixte de recherches (CNRS UMR 8138) est un laboratoire en histoire des relations internationales contemporaines et des mondes étrangers, regroupant les Universités Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, Paris 4 Paris-Sorbonne et le CNRS.

Marie-Pierre Rey a été élue en octobre 2016 Directrice de l’UMR SIRICE, fonction qui a pris effet au 1er janvier 2017. Elle succède à Éric Bussière qui en était le directeur depuis 2012.

L’UMR 8138 SIRICE (Sorbonne - Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe) a cette nouvelle dénomination depuis septembre 2015, prenant ainsi la suite de l’UMR IRICE.

Ce nouvel acronyme SIRICE rappelle les liens qui unissent l’unité à nos universités et au CNRS, nous donnant une meilleure visibilité au sein de la communauté scientifique en sciences humaines.

L’UMR SIRICE fondée en 2002, réunit institutionnellement depuis cette date, des chercheurs CNRS et des enseignants-chercheurs provenant d’équipes des universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne (Paris IV) : pour Paris 1, il s’agit des historiens de l’Institut Pierre Renouvin ; pour Paris IV, des historiens du Centre d’histoire de l’Europe et des relations internationales ; des « civilisationnistes » et historiens des idées du Centre de recherche sur les mondes germaniques et des historiens du Centre de recherche en histoire de l’innovation (CRHI). Sont également associés à l’UMR, à titre individuel, des historiens de l’université de Cergy-Pontoise (du Centre de recherche « Civilisations et identités culturelles comparées des sociétés européennes et occidentales ») et de l’université Paris 3 (de l’équipe ICEE, Intégration et coopération dans l’espace européen).

Dès sa création, l’objectif de l’UMR a été de fédérer nos recherches autour d’un objet unique, « l’Europe », entendu au sens large du terme, autour des grandes questions européennes au XXe siècle principalement – mais pas seulement, car le XIXe siècle n’est pas oublié –, en opérant un double croisement : entre histoire du long terme et histoire du temps présent, entre approche comparatiste et approche internationaliste.

 

Composantes de l'UMR SIRICE :

Institut Pierre Renouvin

L’Institut Pierre Renouvin doit son nom à celui qui, professeur à la Sorbonne jusqu’en 1964, est considéré comme le maître de “l’école historique française des relations internationales.” Avec son disciple et successeur, Jean-Baptiste Duroselle, il a assigné une grande ambition intellectuelle à la discipline en faisant reculer les limites de l’histoire diplomatique traditionnelle, en ajoutant au champ étroit des rapports entre les gouvernements, entre les diplomates, entre les chancelleries, le vaste horizon des relations entre les peuples. L’Institut, fondé en 1983 par René Girault, successeur de Jean-Baptiste Duroselle à la chaire d’histoire des relations internationales, regroupe six centres de recherches :

Chaque centre a ses recherches spécifiques et ses séminaires. L’Institut organise un Master d’histoire des relations internationales et des mondes étrangers (directrice : Alya Aglan).

Il publie aussi le Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin 
Rédactrice en chef : Marie-Pierre Rey.
Courriel

 

Centre d’histoire de l’Europe et des relations internationales

Créé en 1990, à l’Université de Paris IV le centre s’appelait à l’origine « Centre Histoire des relations internationales et de l’Europe au XXe siècle ».

Il a été rebaptisé « Centre d’histoire de l’Europe et des relations internationales » en 1999 pour tenir compte de l’extension chronologique de son champ d’action et de ses axes de recherche, qui couvrent désormais les deux périodes moderne et contemporaine (XVIe - XXe siècles).

 

Centre de recherche sur les mondes germaniques, néerlandais et scandinaves

Responsables : Olivier Agard et Hélène Miard-Delacroix (Sorbonne-Université)

La composante comprend deux groupes de chercheurs :

  • Civilisation et histoire (responsable : Hélène Miard-Delacroix - Paris-Sorbonne).
  • Histoire des idées (responsable : Olivier Agard) – convention avec le Groupe de recherche sur la culture de Weimar de la Maison des sciences de l’homme (direction : Gérard Raulet)

I. Projet commun aux deux groupes 

  • Citoyenneté européenne. Modèles et théories de formation d'un consensus supranational.
  • Idées politiques et histoire des systèmes de savoir.
  • Participation au LabEx EHNE (Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe)

II. Civilisation et histoire
Cultures, identité et imaginaires politiques : XIXe-XXIe siècle

  • Responsable : Hélène Miard-Delacroix (Paris-Sorbonne).
    Le projet vise à poursuivre la réflexion engagée sur la place et la fonction de l’Allemagne dans le système européen en privilégiant une approche comparative et une perspective relationnelle. Un accent particulier est mis sur la figuration des identités de soi et des autres. Il s’articule autour de trois priorités : la prise en considération de l’opinion publique comme acteur national et des relations internationales, la composante des émotions dans l’action et le discours soulevant la question d'une globalisation des "régimes émotionnels" à l'échelle européenne, l’interrogation sur le caractère structurant de césures comme 1973 et 1989 pour l’Allemagne en Europe et dans le multilatéralisme.                                                                                     

Projets en cours :

- Médiatisation de l’information et formation des opinions publiques à l’exemple des revues illustrées populaires de France et Allemagne (1890-1945), responsable Claire Aslangul 

- Emotions et rationalité dans les relations internationales au XXe siècle, responsable Hélène Miard-Delacroix

- Puissance et retenue dans les relations Allemagne/Europe au temps présent, responsables Hélène Miard-Delacroix et Hans Stark

    III. Histoire des idées
    Histoire de la culture politique et des systèmes de savoir
    (direction : Olivier Agard)

    Projets en cours :

    - Formes de représentation civiles et politiques. Histoire et actualité : projet porté par Gérard Raulet (Sorbonne Université/Groupe de recherche sur la culture de Weimar), Christian Bermes, université de (Koblenz-Landau), et Katrin Becker (Université de Luxembourg)

    - La philosophie sociale de Max Scheler (octobre 2019) : colloque organisé par Olivier Agard et la Max-Scheler-Gesellschaft (avec le soutien de l’Université Franco-Allemande)

    - (Re)penser le libéralisme : les idées d’Europe (1900-1950) : PFR CIERA, projet porté par Olivier Agard

       

      Centre de recherche en histoire de l’innovation (CRHI)

      Direction Pascal Griset

      Présentation sur le site de Université Paris Sorbonne (Paris IV)

      mise en ligne : Octobre 2012

      Fondé en 1980 par François Caron, le CRHI se propose en utilisant toutes les approches possibles, de restituer au phénomène de l’innovation sa dimension historique. Ses travaux sont centrés sur la période contemporaine, du XIXe siècle au temps présent, dans le cadre spatial des économies occidentales urbanisées et industrialisées. Même si l’histoire de l’innovation ne saurait s’y réduire, le CRHI accorde une attention particulière à l’histoire des secteurs à fort investissement en recherche et développement. Politiques publiques, stratégies d’entreprises, formation de collectifs intermédiaires, notamment d’usagers (voir le projet ANR Resendem) sont des thèmes transversaux.

      Dirigé par Pascal Griset, le CRHI est depuis 2006 rattaché à l’UMR SIRICE. Aussi inscrit-il de manière plus affirmée sa réflexion dans un cadre européen très ouvert sur les enjeux transatlantiques.

      Les activités d’enseignement sont systématiquement reliées aux thématiques de recherche dans le cadre de l’Ecole Doctorale II et du Master d’histoire contemporaine de l’Université Paris Sorbonne (Paris IV).

       

      Centre de recherche Civilisations et identités culturelles comparées (CICC)

      Le Centre de recherche Civilisations et identités culturelles comparées (CICC) de l’université de Cergy-Pontoise est membre de l’UMR SIRICE à travers les activités de plusieurs historiens de l’UCP :